Sine qua non art: La cire devient danseuse

sinequanon art

La Maison de l’étudiant de l’université de La Rochelle a accueilli durant trois semaines, les artistes Christophe Béranger et Jonathan Pranlas-Descours. Ce séjour de création artistique touche  bientôt à sa fin. Les deux artistes feront leurs dernières représentations publiques de danse avec la cire sur La Rochelle le 5 et le 6 juin prochain à 19h00. Le 27 et le 28 juin, ils montreront le fruit de leur travail pour la première fois à Cologne. Il s’agit du premier grand projet unissant les deux danseurs de la compagnie Sine Qua Non Art, soutenu par La Coursive, La Sirène, La Maison de l’Etudiant, la Région Poitou-charentes ainsi que de La Ville  et l’Adamie.

Christophe et Jonathan ont conçu le projet Exuvie il y a un an, et n’ont eu de cesse de le perfectionner depuis. Pour obtenir le soutien nécessaire, ils s’inscrivent et obtiennent une bourse pour un programme international allemand de Cologne. Durant leur résidence ayant pour thématique « Danse et architecture, avec éléments solides et liquides », ils cherchent un élément particulier, qui puisse se laisser façonner par le danseur, qui réagisse avec eux et les amènent à un véritable dialogue avec la matière: après plusieurs essais, ils se tournent finalement vers la cire. Contrairement à l’argile où le silicone, la cire propose une véritable mutation de la matière. La recherche ne s’arrête pas là: « Il y a une dizaine de différentes cires à l’état brute », nous explique Christophe. 3-4 semaines ont été nécessaires pour trouver la cire adéquate à leur projet: un peu comme lors des castings pour choisir « le bon danseur »! La chance a semblé sourire aux deux artistes: Cologne vante la plus grande résidence de cire brute! La cire devient le cœur du projet: la température et les lumières sont réglées en fonction de ce que l’on attend d’elle: tous les outils présents sur scène ont, en effet, une utilité technique liée à la matière. Si, au départ, Christophe et Jonathan vont du solide au liquide, ils finissent par voir davantage de possibilités d’interaction dans le procédé inverse. Ils expérimentent et découvrent petit à petit comment vivre et travailler cette matière, qui demande autant d’organisation que de savoir s’adapter et improviser. Jonathan nous décrit les sensations que l’on peut ressentir au contact de la cire en quelques mots: « C’est chaud, c’est plaisant… Mais c’est aussi contraignant, car la cire est lourde ». La plasticienne qui guide les deux danseurs, Laurianne Seux, les aide à trouver une matière qui réponde à leur envie d’avoir un décor simple bousculant néanmoins le côté visuel du spectateur: la laquefolie reflette et modifie la perspective de toute la chorégraphie, en créant des jeux de mouvement, d’ombres et de lumière qui touchent le spectateur, et semblent vouloir changer notre rapport avec la réalité. Depuis trois semaines, Yohan Landry et Damien Skoracky les accompagnent avec de la musique en live, ce qui leur a permis de créer un véritable lien avec la cire et cette dernière. Les artistes cherchent à créer une relation communicative et presque vivante avec la cire, comme s’il s’agissait d’une danseuse en état de puissance. Elle les pousse aussi, grâce à sa nature changeante, à toujours expérimenter et être à l’écoute non seulement des uns et des autres, mais aussi de la matière. Sortie de son rôle de « simple décor », comme à vouloir leur rendre la pareille, elle les amène à se dépasser, se transcender.

Liens: sinequanonart.com

Teaser:

EXUVIE – Christophe Béranger I Jonathan Pranlas-Descours I Première 27 et 28 juin – Köln Festival from SINE QUA NON ART on Vimeo.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*