Solidarité étudiante, une coopérative qui s’invite en province

bar-cooperatif-la-rochelle

Entretien avec Camille Breton et rencontre avec Sarah Lamarque, toutes deux animatrices culturelles en service civique au sein du bar coopératif.

Solidarité Etudiante et coopérative étudiante s’invitent pour promouvoir la culture et l’action citoyenne à l’université. Nouvellement ouvert, le bar coopératif se situe au sein de la Maison de l’étudiant sur le campus de la Flash à La Rochelle. Lieu insolite et créatif, cet espace chaleureux souhaite impulser une nouvelle dynamique au sein de la vie étudiante Rochelaise. Le bar se veut un « prétexte » pour fédérer les étudiants autour de boissons et viennoiseries, mais pas seulement. Il souhaite dynamiser le campus en proposant des semaines thématiques et des animations diverses, proposées par Coopcampus ou par les étudiants eux-mêmes. Activités littéraires, expositions photos, jeux, concerts et dégustations, ont pu voir le jour au sein de cet espace convivial et vivant, ouvert depuis la rentrée. Une boîte à idée, posée sur le comptoir pour la programmation à venir, invite les étudiants à investir les lieux et proposer à leur tour des animations. La rencontre avec l’une des animatrices culturelles de ce bar, nous aiguille sur son fonctionnement et un concept participatif de plus en plus prometteur.

Depuis combien de temps le bar coopératif est ouvert ? Comment fonctionne la coopérative ?

Il a ouvert le 9 janvier, quasiment après la rentrée. Avant d’être un bar, on est surtout un pôle culturel. On organise toutes les semaines des animations avec Sarah. Ce sont des animations qui ont pour but de faire vivre le campus. On a commencé par une rentrée littéraire la première semaine de janvier. Le bar est là pour créer un lieu de vie. Il est un support du lieu culturel dont nous nous occupons. En cela nous ne sommes pas là pour faire du bénéfice. Nous sommes une société à but non lucratif. Nous sommes la première entreprise de France à être gérée par des étudiants. Notre président est lui-même étudiant.

En quoi consistent les animations ?

Nous avons installé un atelier littéraire dans le hall de la bu. Nous avons proposé à des groupes d’amis de participer à cet atelier, et pour ceux qui le souhaitaient, participer à un petit concours ou ils pouvaient gagner des livres. L’atelier proposait d’improviser une petite lecture à voix haute avec des textes tirés au sort et leurs amis étaient leurs spectateurs. Avec le soutien de deux librairies, on a pu faire gagner des livres.

La semaine dernière, nous avons organisé une semaine intitulée « Cap sur l’Indonésie ». Nous avons présenté la langue, les arts indonésiens, la nourriture. Tout cela pour faire découvrir la culture, mais aussi la communauté étudiante indonésienne qui est assez importante sur le campus. Ces événements leurs permettent de se rencontrer, de se mélanger mais aussi de participer à la vie étudiante.

Pour le moment nous créons les projets et sollicitons les étudiants pour y participer. A mesure du temps, nous espérons que ce soit les étudiants qui soient porteurs de projets. Le but est qu’ils s’approprient ce pôle culturel qui est conçu pour eux.

Le bar et le pôle culturel font ils partie de la maison de l’étudiant ?

Nous, nous sommes reliés à la coopérative « Solidarité étudiante ». Depuis peu, elle ouvre des CoopCampus en province. A l’origine, ça cette coopérative s’est développée sur Paris. Comme l’idée et les projets réalisaient ont bien fonctionné, ils commencent à ouvrir en province dans les facultés qui donnent leur accord. On a donc une convention avec la maison de l’étudiant et la fac qui nous prêtent les locaux. Nous sommes en partenariat.

Dans quel cadre vous animez ce pôle culturel ?

Nous sommes en service civique toutes les deux. Nous avons été recrutés en tant qu’animatrice culturelle, et nous animons aussi le bar pour que les étudiants puissent passer un moment convivial.

Quelles formations avez-vous réalisé auparavant ?

Nous avons toutes les deux un master 2, pour ma part en Patrimoine et E-tourisme.

Sur le long terme, quel est le but de ce lieu ?

L’objectif, sur le plus long terme, serait de faire connaitre à une majorité d’étudiants cet espace pour monter des projets. Que ce lieu devienne un lieu où ils aient le réflexe de s’y adresser lorsqu’ils ont des projets. Dans les mois qui viennent c’est l’objectif. Essayer que CoopCampus soit un pilier de leur projet.

En définitive, peut-on dire que ce pôle s’adresse à l’ensemble des étudiants ?

Oui il s’adresse aux étudiants qu’ils soient au sein d’une association ou qu’ils n’en fassent pas partie. Le but est de faire intervenir les étudiants qui sont intéressés sur un projet. A la base, le projet est porté par CoopCampus, mais ils peuvent y participaient activement, ce qui est super pour eux. C’est une bonne expérience et peut être un plus sur le cv. Sur le long terme, le but est de leur faire comprendre que ce pôle peut être géré par eux.

Quel accueil les étudiants réservent-ils aux animations proposées?

Pour l’instant les étudiants accueillent bien les animations que nous pouvons mettre en place. Il nous faut encore du temps pour expliquer ce que nous faisons et faire connaître le pôle comme lieu d’initiation aux animations et aux projets. Mais généralement ils apprécient.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*