SINE QUA NON ART- L’art en mouvement. Un échange franco-brésilien en préparation

SNQAb

Jonathan Pranlas-Descours et Christophe Béranger – © photo: Chloë Champion

La compagnie de danse rochelaise Sine Qua Non Art s’apprête à partir pour le Brésil à la découverte du centre de danse créé par Lia Rodrigues au cœur d’une favela du centre-ville de Rio. Derrière cette entreprise locale, Christophe Béranger et Jonathan Pranlas-Descours souhaitent fédérer pour démocratiser la danse contemporaine.

Christophe Béranger, rochelais d’origine, foule le parquet de l’Ecole Nationale de Musique et de Danse de la Rochelle avant de devenir interprète au Ballet National de Lorraine en 1992. Après des débuts brillants de danseur, il se tourne vers la création. « Très vite je me suis intéressé à la chorégraphie autour de l’idée de faire comprendre aux gens la démarche de créateur en danse contemporaine » explique-t-il. En 2001, il obtient le diplôme d’état de professeur de danse puis se voit confier, entre autres, quelques années plus tard, la direction artistique et pédagogique de la Cellule d’insertion professionnelle du Centre Chorégraphique National du Ballet de Lorraine. Il poursuit une carrière pluridisciplinaire d’interprète, chorégraphe, pédagogue et coordinateur.

Jonathan Pranlas-Descours s’est quant à lui tourné vers l’histoire de l’art, le théâtre et la scénographie avant de se lancer en tant que danseur freelance. « Je me suis attaché à l’engagement du corps, la performance » souligne l’artiste. Il intègre l’école P.A.R.T.S (Performing Arts Research and Training Studios) de Belgique dirigée par Anne Teresa de Keermaeker et collabore par la suite à de nombreux projets. Il a notamment travaillé avec Hans Van Den Broek et Mathilde Monnier. L’interprète travaille actuellement avec le Centre Chorégraphique National de Montpellier.

La rencontre de ces deux danseurs confirmés signe la création de la compagnie Sine Qua Non Art. « On l’a créée à la Rochelle parce que je suis d’ici mais pas uniquement. Egalement pour l’histoire de la ville liée à la danse » précise Christophe Béranger. Appuyés par la région et le Centre Intermondes – qui favorise les rencontres avec les acteurs culturels pour une mutualisation des valeurs artistiques budgétaires et les rencontres de différents publics étrangers – ils développent aujourd’hui leur projet à l’international et collaborent avec la célèbre danseuse et chorégraphe Lia Rodrigues, pour un échange franco-brésilien.

Installée dans la plus grosse favela de Rio, la carioca a ancré son projet artistique au cœur de la vie socioculturelle et politique de la ville brésilienne : la création d’une école libre de danse. L’ELDM (Ecole Libre de Danse de la Maré) propose gratuitement des cours de danse aux habitants de la Maré et vise la professionnalisation de jeunes du quartier ainsi que l’organisation d’activités socio-éducatives. Parmi les danseurs de l’école brésilienne, 14 talents ont été sélectionnés en vue du futur échange artistique.

« On souffre un peu du fait que la danse soit restée au rang de divertissement » explique Christophe Béranger. « Là, l’idée est de mêler la vie qui nous entoure à la création artistique. C’est là-dessus que l’on veut mettre la culture comme outil d’émancipation » ajoute-t-il. Pour développer ce projet créatif et solidaire, Jonathan Pranlas-Descours et Christophe Béranger partiront courant mars au Brésil avant d’accueillir à leur tour les artistes sud-américains à la Rochelle (Centre Intermondes) cet été.

Plus d’informations à propos de la compagnie Sine Qua Non Art et leur projet international sur http://www.sinequanonart.com

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*