France Medeley Guillou, médiatrice d’un atelier d’écriture de théâtre à La Rochelle

A 29 ans France Medeley Guillou, comédienne, metteur en scène et écrivaine haïtienne, a tenu pendant sa résidence au Centre Intermondes, un atelier d’écriture avec les étudiants de l’Université de La Rochelle. Le projet a été organisé par le Théâtre Toujours à l’Horizon en partenariat avec l’Institut Français et la Ville de La Rochelle. Cet échange hebdomadaire s’est déroulé sur quatre mois. Une pièce de théâtre originale a été créée à l’issue de ces ateliers, réunissant les textes écrits par chaque étudiant.

Ma mère m’a dit : « je t’emmènerai dans une école de théâtre ; comme cela tu sauras mieux écrire »

Peux-tu nous parler de ton parcours ?

J’ai grandi dans une famille monoparentale avec ma mère. Très jeune j’ai découvert le théâtre et ressenti le besoin d’écrire Ça m’a toujours touché de voir comment ma mère se débattait dans un pays où il n’y a aucune aide pour les familles. Ecrire me permettait d’exprimer ma vision de la vie. A l’âge de 15 ans, ma mère m’a dit : « je t’emmènerai dans une école de théâtre ; comme cela tu sauras mieux écrire ». Voila comment j’ai débuté le théâtre !

As-tu suivi une formation dans le théâtre ?
medeley-presentation
Oui j’ai été à l’école pendant 3 ans. J’ai trouvé une nouvelle famille là-bas, je me suis beaucoup investie. J’ai adoré jouer bien qu’en grandissant j’ai compris qu’il fallait que je traçe mon chemin, que je sois moi. A Haïti, il n’y a que deux écoles de théâtre et peu de metteurs en scène. Grâce à la fondation FOCAL, j’ai suivi un atelier de mise en scène avec Catherine Moscovite, avec qui j’ai fait ma première mise en scène dans laquelle j’ai également joué. Elle m’a beaucoup aidé et encouragé. Par la suite on m’a appelé pour faire des séries radiophoniques basées sur la satire politique. Puis j’ai pu continuer sur des projets progressivement.

Dans la culture Haïssienne, tu dirais que la transmission se fait plutôt oralement ?

Oui. L’univers haïtien est un univers merveilleux. Petite, ma grand-mère nous racontait des tas d’histoires et des contes. En grandissant, malheureusement on perd un peu de cela.

Le rhytme, c’est la singularité de l’écrivain!

Est-ce que tu as été confrontée à la critique lorsque tu as commencé à écrire ?

Oui tu es obligatoirement confronté à la critique, mais lorsqu’elle est constructive, cela t’aide à te remettre en question et à réfléchir sur ton travail.
Chaque écrivain doit trouver son propre style, son propre rythme, son souffle. Aspirer à ce qui fait sa singularité en tant qu’écrivain et parvenir à affirmer sa personnalité.

Dans notre société, être artiste n’est pas considéré comme une profession à part entière

Comment s’est déroulé le travail d’écriture mis en place lors de l’atelier ?

L’écriture est un exercice qui peut paraître très difficile, la manière dont tu l’abordes est donc vraiment importante. Elle fait appel à quelque chose de personnel, c’est avant tout un travail avec soi-même, ce qui effraie souvent les gens. J’ai commencé l’atelier en ayant la volonté de casser ce mythe de l’écrivain, en expliquant que tout le monde peut écrire. Pour certains c’était la première fois. Je leur ai demandé pour commencer, de chercher l’endroit où il voulait exprimer quelque chose, quels sujets, quels sentiments pouvaient les pousser à écrire. Mon travail était de leur donner la possibilité de s’exprimer à travers l’écriture. Je me réjouie d’avoir pu travaillé avec ces jeunes. Ce sont des personnes vraiment extraordinaires, assidues et passionnées. Trois d’entre eux m’ont confié vouloir continuer à écrire après cet atelier et envisagent même de se consacrer à l’écriture et au théâtre. Pour moi, c’est un pari gagné bien que ça me fasse très peur pour eux. Parce qu’être artiste est perçu comme être en marge, et cela dans toute société. Ce n’est pas considéré comme une profession à part entière. Cela demande beaucoup de travail et aussi de la chance. Si je suis là aujourd’hui avec vous, c’est aussi parce que j’ai fait des rencontres qui m’ont porté. J’encourage les personnes qui veulent faire des études de théâtre mais je leur conseille de faire autre chose à côté.

ecriture-de-plateau

 

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*